L’harcèlement au travail : comment le prouver ?

Publié le : 24 février 20225 mins de lecture

Le harcèlement éthique est un acte d’abus visant à dégrader les conditions de travail d’une personne par des paroles, des gestes, des actions, des répétitions ou des attitudes systématiques. Ces pratiques peuvent entraîner des déficiences psychologiques ou physiques qui mettent en danger la santé de la victime. Le harcèlement moral est l’une des techniques pour détruire les autres.

Le harcèlement moral : qu’est-ce que ?

Le harcèlement moral suit généralement un conflit médiocre. Il s’agit d’un processus auto-entretenu et répétitif de longue durée, se manifestant notamment par des paroles, des actions, des gestes, des écrits unilatéraux, pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique et mentale d’autrui.

Elle a un effet destructeur sur l’équilibre psychologique d’un individu et son intégration sociale. Le harcèlement éthique se caractérise par : la confrontation, l’intimidation, les injures, le mépris de la personnalité, des attaques fréquentes et répétées sur une longue période de temps. Elle aboutit presque toujours à l’exclusion du salarié victime et entraîne de graves problèmes mentaux ou physiques. Vous devriez savoir aussi qu’est-ce que le mobbing ?

Le mobbing constitue également une détresse infligée à autrui sur le lieu de travail de manière persistante, répétitive ou systématique par une ou plusieurs personnes de quelque manière que ce soit en rapport avec la relation, l’organisation, le contenu ou les conditions de travail. En détournant leur finalité, manifestant ainsi une intention consciente ou même inconsciente de nuire ou même de détruire.

Le harcèlement moral reste la contrainte physique imposée à la victime. Les causes de souffrance vues sont la domination et l’injustice, qui se traduisent par la morbidité non seulement du harcèlement ou de la persécution, mais aussi d’un sentiment de solitude résultant d’une stratégie isolationniste de techniques de gestion visant à désintégrer les collectifs de solidarité et de travail.

Apportez des lettres de témoignages de vos collègues

La première étape, et certainement la plus importante, pour se débarrasser du harcèlement moral est d’en parler avec les personnes autour de vous. À vos amis et votre famille, en particulier sur votre lieu de travail. En documentant les situations précises et aussi répétées que vous avez subis, en en parlant avec vos collègues, ils se révéleront être l’un de vos meilleurs atouts.

Ainsi, lorsque vous rencontrez un comportement solitaire, vous pouvez en parler avec certains de vos collègues afin qu’ils en soient de même conscients. Par ailleurs, les médecins du travail ont également un rôle à jouer ici. Même si un médecin n’est pas légalement habilité à vous déclarer inapte pour harcèlement au travail, il peut le prendre.

Ainsi, en décrivant votre état de santé mentale par la suite physique et situation à votre médecin, votre dossier sera renforcé avec des preuves supplémentaires. De plus, en parler avec votre médecin ou vos collègues vous permettra de demander leurs aides de témoigner devant un juge. Ces déclarations peuvent aider à prouver ce que vous avez subi.

Rassemblez tous les documents écrits qui prouvent votre situation

Toutes les preuves écrites que votre harceleur pourrait faire contre vous à la suite d’une conduite dégradant vos conditions de travail doivent aussi être conservées. Le juge a estimé que les SMS et les e-mails constituaient une forme de preuve acceptable.

En effet, toujours par rapport au devoir de loyauté exigé de manifester, ces éléments sont recevables. La Cour suprême suppose que la personne qui te harceleur ne peut ignorer que ses actions peuvent être enregistrées. Par conséquent, les SMS et e-mails que vous recevrez seront votre moyen de prouver la vérité de manière précise et cohérente.

De plus, les fichiers de commentaires contenant des commentaires offensants ou excessifs sont essentiels, car ils peuvent démontrer l’importance des faits. Lorsque le tribunal rend un jugement sur l’ensemble des faits subis, il est aussi important de rassembler autant de preuves de la situation que vous avez vécue afin que le juge puisse supposer l’existence d’un préjudice.

Plan du site