L’architecture durable du 21e siècle : la montée en puissance des bâtiments solaires

bâtiment photovoltaïque

Publié le : 20 décembre 20238 mins de lecture

Jusqu’à la crise pétrolière des années 70, au siècle dernier, les bâtiments étaient gourmands en énergie, puisque cette dernière était bon marché. L’architecture ne prenait pas en compte les impératifs énergétiques ou environnementaux. Aujourd’hui, les économies d’énergie et la préservation des ressources de la planète s’imposent à tous, professionnels comme particuliers. La construction se tourne de plus en plus vers une architecture durable, avec une place centrale accordée au solaire, avec les bâtiments photovoltaïques.

Objectifs des bâtiments photovoltaïques

Les bâtiments photovoltaïques intègrent des technologies solaires de pointe pour optimiser l’utilisation de l’énergie solaire et réduire l’empreinte carbone de la construction. C’est en ce sens qu’on peut parler d’une architecture durable. Cette dernière est très certainement destinée à se développer au cours du 21ᵉ siècle. Les bâtiments photovoltaïques sont conçus dans le but de mieux tirer parti de l’énergie solaire. Les panneaux sont généralement intégrés à la structure du bâti et dotés de technologies intelligentes, pour une meilleure utilisation du rayonnement solaire. En générant de l’électricité à partir du rayonnement solaire, ce type de bâtiments contribue au développement durable, grâce à une source d’énergie propre et renouvelable. Le photovoltaïque intégré à l’architecture permet aussi de réduire la dépendance aux énergies fossiles et d’atteindre une meilleure résilience en cas de défaillance du réseau d’électricité. L’impact environnemental est réduit, en particulier les émissions de gaz à effet de serre. Comme ils sont spécifiquement pensés pour utiliser l’énergie solaire, les bâtiments photovoltaïques sont conçus pour être globalement économes en énergie, grâce à l’isolation thermique, à une gestion intelligente de la consommation, à l’utilisation de systèmes de chauffage et de refroidissement performants. On peut aussi citer parmi les objectifs la réduction des dépenses énergétiques. Pour en savoir plus sur l’utilisation du photovoltaïque, les professionnels peuvent se tourner vers le courtier en énergie opera-energie.com.

Quelles sont les caractéristiques de l’architecture durable du 21ᵉ siècle ?

Comme nous l’avons vu, l’architecture durable du 21ᵉ siècle mise sur le photovoltaïque. L’objectif est de concevoir des bâtiments passifs, qui ne consomment que l’énergie qu’ils produisent, ou même des bâtiments à énergie positive, qui produisent plus d’électricité qu’ils n’en consomment. Pour cela, les bâtiments photovoltaïques sont dotés de systèmes intelligents de gestion de l’énergie. Cette approche inclut des systèmes automatisés de contrôle thermique, d’éclairage et d’autres dispositifs énergivores pour minimiser la consommation d’énergie. De plus en plus de constructions sont en outre dotées d’un stockage, comme des batteries. L’architecture durable mise sur les matériaux de construction écologiques. Elle privilégie l’utilisation de matériaux recyclés, d’isolants thermiques performants et d’une conception bioclimatique respectueuse de l’environnement. Les bâtiments solaires sont construits pour tenir compte des conditions climatiques locales. La disposition des fenêtres, l’orientation du bâtiment et le plan d’ensemble sont optimisées pour optimiser l’utilisation de l’énergie solaire.

Esthétique et fonctionnalités dans les bâtiments photovoltaïques

L’architecture s’est toujours penchée sur les moyens permettant d’associer esthétique et fonctionnalité dans la construction. Pour les bâtiments photovoltaïques, le défi est de taille. Mais les concepteurs, dessinateurs et architectes du 21ᵉ siècle se sont attelés à la tâche pour remplir cette mission. Les résultats sont encourageants et démontrent qu’on peut construire des bâtiments à l’apparence séduisante tout en préservant l’environnement. L’un des objectifs de l’architecture durable est l’intégration esthétique des panneaux solaires. Nombreux sont ceux qui considèrent que les panneaux en toiture sont laids et défigurent le bâti. Pourtant, on trouve aujourd’hui des réalisations qui respectent les critères esthétiques tout en satisfaisant aux exigences technologiques de la production d’énergie solaire. C’est de plus en plus le cas des façades solaires, des toits solaires ou des nombreux systèmes architecturaux spécialement développés pour les bâtiments photovoltaïques. L’objectif est de créer des structures attrayantes tout en optimisant la capture de l’énergie solaire. On peut penser à l’exemple des ombrières solaires, que l’on trouve de plus en plus souvent sur les parkings des centres commerciaux, des sites industriels ou des complexes sportifs. Ces installations sont fonctionnelles, stylées, fournissent de l’ombrage et de l’électricité gratuite. Une attention particulière est accordée par les architectes aux toitures solaires. Ces dernières ne se contentent pas de générer de l’électricité, mais peuvent être conçues pour capturer et filtrer l’eau de pluie, pour fournir une isolation thermique ou créer des espaces verts. On trouve donc des toits multifonctionnels, qui contribuent à l’efficacité énergétique et à la durabilité globale des bâtiments.

La synergie entre l’architecture bioclimatique et le photovoltaïque dans les bâtiments du 21ᵉ siècle

Le photovoltaïque est l’un des principaux ressorts de l’architecture durable et on constate une véritable montée en puissance en ce premier quart du 21ᵉ siècle. Ce succès s’explique en grande partie par la combinaison de différentes mesures de développement durable. Le solaire fournit l’énergie, mais les techniques de construction doivent être adaptées pour en tirer le meilleur parti possible. C’est toute la raison d’être de l’architecture bioclimatique. Cette conception des bâtiments vise à optimiser leurs performances énergétiques en s’appuyant sur une bonne connaissance des conditions climatiques locales. L’objectif est d’assurer le confort, avec des espaces de vie et de travail agréables, tout en réduisant l’impact environnemental. Les bâtiments bioclimatiques sont orientés et implantés de manière à favoriser l’utilisation de l’énergie solaire : par exemple, des fenêtres au sud apportent plus de lumière naturelle et de rayonnement solaire. On réduit en parallèle l’exposition au vent. Le type d’isolation doit être adapté à la région, pour maintenir une température intérieure stable. On emploie des matériaux à haute inertie thermique, ce qui permet de stocker et redistribuer la chaleur solaire stockée le jour, puis restituée la nuit. Les bâtiments bioclimatiques utilisent des sources d’énergie naturelles, comme le photovoltaïque, tout en mettant en place des dispositifs de protection solaires (auvents, stores), de manière à réguler l’apport de lumière et de chaleur en été. La collecte d’eau pluviale contribue dans l’architecture durable à une meilleure gestion des ressources. Enfin, l’aménagement paysager autour du bâtiment photovoltaïque permet de fournir de l’ombre (ombrières solaires sur les parkings), de contrôler le vent et de favoriser la biodiversité.


Plan du site